jeudi 19 avril 2012

Le Schumann d'Anderszewski

Le pianiste est en année sabbatique, mais était néanmoins présent lors de la remise des BBC Music Magazine Awards la semaine dernière, alors que son magnifique album Schumann se méritait non pas un mais deux prix: meilleur album instrumental choix du public et prix du jury toutes catégories confondues. « Je suis passionné par la musique de Schumann, a-t-il expliqué; je suis heureux d'avoir pu communiquer ma passion à travers ce CD et reconnaissant qu'il ait été si admirablement reçu. »

Alors qu'il s'apprêtait en entrer en studio pour enregistrer cet album sur lequel on peut entendre des lectures inspirées de l'Humoreske, des Gesänge der Frühe (Chants de l'aube) et des rarement données Studien für den Pedalflügel, il confiait en février 2010 au quotidien suisse Le Temps, qui lui demande quelle image il entretient du compositeur:
« Je le vois comme un être d’une extrême sensibilité, avec en même temps un côté bourgeois bon père de famille. Très méthodique dans son travail, méticuleux jusqu’à la maniaquerie. Schumann est pour moi très allemand (bien plus que Brahms), il en a le côté fou, poétique, idéaliste. Il y a dans sa musique un fond presque religieux. C’est un protestant, à l’inverse de Chopin, le Polonais aristocrate et catholique. Aussi frénétique et déséquilibrée soit la musique de Schumann, avec toutes ses déformations rythmiques, ses faux bonds, ses coups de pied, j’y entends des réminiscences de choral luthérien. »
On peut aussi l'entendre ici sur le sujet dans ce documentaire de la télévision polonaise.

7 commentaires:

caro_carito a dit…

moi qui allait te demander une référence pour Schumann... et aussi sur une ou deux bio...

Lucie a dit…

Le très accessible Schumann d'André Boucourechlie peut être un bon point de départ je pense. L'essai de Michel Schneider dont j'ai parlé récemment est très intéressant d'un point de vue psychologique, mais si tu ne connais rien de l'homme, ce n'est peut-être pas la meilleure introduction. Il y a aussi un gros bouquin sur lui chez Fayard, très détaillé par contre (peut-être trop pour un premier contact) http://www.fayard.fr/livre/fayard-123057-Robert-Schumann-Brigitte-Francois-Sappey-hachette.html)

Guillaume Martineau et Claudio Pinto a dit…

Effectivement sublime ce disque Schumann, peut-être l'un des plus beaux de la musique pour piano du compositeur, avec ceux de Horowitz et de Brendel, et peut-être aussi de Geza Anda.

Excellente évocation de l'image du compositeur par le pianiste.

Lucie a dit…

On sent que le pianiste a réfléchi au texte et au personnage. Il explique d'ailleurs en entrevue que d'avoir lu Robert Walser lui a permis de comprendre la folie de Schumann. J'ai trouvé cela assez intrigant.

caro_carito a dit…

je vais noter tout ça.

Danalyia a dit…

Voilà qui me donne envie d'écouter ce CD ! Il m'a fallu longtemps pour apprécier Schumann, je n'arrivais pas à entrer dans son univers, sa "folie" me dérangeait...
J'ai entendu récemment un concert Schumann par le pianiste coréen Kun Woo Paik et j'ai beaucoup aimé son interprétation.

Lucie a dit…

C'est un très beau disque, qui propose des œuvres peu connues de Schumann. C'est une magnifique version de l'Humoreske, une page difficile à tenir de par sa facture et de sa longueur. J'ai mis un lien dans le texte pour l'écouter sur Musicme :)