lundi 25 juin 2007

Le monde sur le flanc de la truite

Lecture délicieuse que cette longue et fertile méditation de Robert Lalonde sur les quatre saisons (le livre est rédigé d'avril à avril) mais aussi l'écriture, la littérature, l'acte de création, la vie qui bat. Lalonde nous convie dans son univers, avec chaleur, séducteur mais honnête, nous fait partager ses coups de coeur littéraires, ses perceptions de la nature toujours en transformation. Il commente les auteurs aimés, les traduit lui-même quand les textes sont rédigés en anglais (fascinant double regard ici qui m'a permis de confirmer qu'une traduction reste tellement personnelle), prend des chemins de traverse, nous ouvre d'autres portes, dans un rythme presque toujours suspendu, qui nous force à prendre possession de l'instant présent. Un petit bijou à s'approprier sur le bord d'un lac, dans le calme de son jardin, pour oublier le tumulte qui nous entoure.

« J'aime vouloir écrire, attendre, désirer m'y mettre, tourner autour de la table où tout est à la fois pêle-mêle et ordonné, mes livres, les pages, le bol de café froid, le tabac, le briquet, les crayons taillés au couteau de cuisine, les dictionnaires, qui m'intimidenet toujours autant, comme la Bible, j'imagine, en impose aux apprentis théologiens. Je réchauffe le café, savoure mon envie inquiète, comme on se régale un peu amèrement du commencement d'un amour. »

5 commentaires:

Carole a dit…

J'aime beaucoup l'écriture de Robert Lalonde. Toute cette nature dans ces livres m'interpelle.

Lucie a dit…

C'était pour moi la première fois (exception faite de la nouvelle "Le meilleur ami de l'homme" lu en catimini dans une librairie récemment) et j'irai certainement errer dans la section des LAL de la bibliothèque de nouveau! Je connaissais l'homme de théâtre mais j'ai découvert avec grand plaisir l'auteur.

Carole a dit…

Si je peux me permettre deux suggestions : Des nouvelles d'amis très chers et Un jardin entouré de muraille. Vu que tu as aimé Le monde sur le flanc de la truite, je pense que tu aimeras ces deux titres aussi.

Lucie a dit…

Je retiens les titres, merci! Il fallait bien passer la Saint-Jean en lisant québécois! ;-)

Venise Landry a dit…

Votre visite au Passe-mot m'a fait découvrir votre blogue, j'en suis bien heureuse.
Il est tard aujourd'hui, après une journée à Montréal dans l'humidité poisseuse, je suis de retour et ma ligne internet aussi (problème technique, en direct du poteau), alors je complèterai mon billet sur Robert Lalonde que je ne connais pas en tant qu'auteur de roman (théâtre oui).
Tout concoure en ce moment, même sa visite aux Correspondances d'Eastman, pour que je fasse connaissance avec le romancier et le nouvelliste.