mardi 9 juin 2015

Les sept péchés capitaux du lecteur

Allez, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas frottée à un tel questionnaire... Je l'ai repéré chez Marie-Claude de Hop! sous la couette il y a plusieurs semaines, ai décidé d'y revenir...

Avarice - Un livre que je ne prêterais sous aucun prétexte

Je pense que je pourrais prêter tous mes livres, mais il y en a un, datant de l'enfance, Contes des pays de neige, que je ne prêterais que si j'étais ABSOLUMENT - mais vraiment là absolument - certaine qu'il me revienne. Sinon, la lecture est faite pour être partagée!

Orgueil - Un livre lu dans le but de passer pour une intellectuelle

J'admets que lire Le gai savoir de Nietzsche à l'adolescence, c'est surtout pour en jeter... J'y reviendrai cependant, de la même façon que j'ai relu avec un énorme plaisir cette fois Le théâtre et son double d'Artaud, en écho à la démesure de la proposition de Christian Lapointe pour le FTA.

Colère - Un auteur avec qui j'ai une relation amour/haine

Si ça ne clique pas avec un auteur, parfois, j'abandonne, parfois j'y reviens. J'ai lu un seul tome de La Recherche, mais ai lu des nouvelles et des poèmes de Proust... À l'inverse, la première fois que j'ai croisé Paul Auster sur ma route (avec Moon Palace), cela ne m'a pas parlé. Je suis revenue à l'auteur avec Le livre des illusions et ai depuis tout lu de lui.

Gourmandise - Un livre dont j'ai honte, mais que je ne peux m'empêcher de dévorer encore et encore

Je ne relis presque jamais un livre, alors difficile de se sentir coupable de retenir un titre ici.

Paresse - Un livre dont j'ai négligé la lecture en raison de ma paresse naturelle

Il y a des livres qui attendent dans ma PAL depuis des années. Est-ce par paresse? Je ne crois pas. Quand le moment sera venu, la rencontre se fera. Ulysse de James Joyce aussi peut-être, même si, à chaque fois que j'en ai entendu ou vu (à travers des adaptations théâtrales) des extraits, j'ai aimé.

Luxure - L'attribut que je trouve le plus séduisant chez un personnage masculin ou féminin

Un personnage qui a une vraie personnalité, forte, impossible à oublier, comme Wallander par exemple. Une voix dont on se souviendra.

Envie - Le livre que j'aurais aimé écrire avant l'auteur

Assurément Les cascadeurs de l'amour n'ont pas droit au doublage de Martine Delvaux... pour le titre, imparable, mais surtout pour la force du propos, la façon dont la narratrice règle ses comptes avec l'ex de façon virulente, mais toujours poétique. Je l'ai prêté à plusieurs amis, l'ai offert... et je sais que j'y reviendrai, ne serait-ce que pour relire quelques pages ici et là.

Et vous, avez-vous des péchés livresques?

5 commentaires:

sylvieisabelle a dit…

Oh très chouette ce questionnaire!!

Lucie a dit…

N'hésite pas à le reprendre! ;)

Adrienne a dit…

oui, belle idée, la lecture est vraiment la grande tentatrice qui nous détourne du droit chemin :-)

Marie-Claude Rioux a dit…

Des réponses très inspirées, chère Lucie!

J'ai eu la même démarche que la tienne avec Paul Auster!

Lucie a dit…

Adrienne: je croyais plutôt que la lecture nous ramenait toujours dans le droit chemin! ;)

Marie-Claude: contente de savoir que nous avons ce cher Paul en commun!