lundi 31 décembre 2007

Rétrospective 2007

Dernière journée de l'année: place au déchirant choix des moments artistiques marquants. Côté musique classique en salle, un seul moment d'émotion renversante dans toute l'année: la « Pathétique » de Tchaïkovski, oeuvre pourtant élimée s'il en est une, sous la direction de Zubin Mehta, lors du concert-bénéfice de l'OSM, le 6 décembre. Le magnétisme du chef était absolument saisissant et c'est vraiment un grand moment d'émotion qui a été vécu lors de l'interprétation absolument somptueuse de l'oeuvre. Moi qui allais au concert pour le Sacre (rien de renversant, une interprétation trop sage selon moi), j'ai été soufflée par cette première partie. Sur disque, rien n'a retenu mon attention suffisamment pour que je l'écoute en boucle et ce, malgré le fait que j'aie siégé sur un jury qui récompensait l'événement discographique de l'année. Évidemment, je ne peux passer sous silence le départ du grand Pavarotti.
Côté musique populaire et jazz, par contre, plusieurs coups de coeur en dernière partie d'année. Je retiendrai d'abord, grâce à Seb, la découverte du Esbjörn Svennson Trio, un groupe magistral, particulièrement raffiné, qui mélange sans vergogne harmonies classiques (j'écoutais la Deuxième Ballade de Liszt il y a quelques semaines et un passage m'a ramenée instantanément à leur univers si particulier), groove pop et jazz pur et dur. Trois albums plus tard, je ne suis toujours pas lassée. J'ai aussi écouté en boucle pendant un certain temps la trame sonore d'Across the Universe, le dernier opus d'Holly Cole (qui revisite des grands classiques) et Rockin' the Suburbs de Ben Folds. J'ai craqué pour Postal Service (presque tout leur disque Give up) et ai découvert les sonorités si particulières de Feist (My moon, my man reste ma préférée). Côté francophone, un grand coup de coeur: le spectacle de Pierre Lapointe avec l'Orchestre métropolitain, que j'ai malheureusement raté (j'arrivais de vacances), que ma famille m'a empêché de regarder à la télé (« Franchement, Pierre Lapointe! ») mais que j'ai découvert un dimanche après-midi de septembre à Espace musique, par hasard, au retour d'un week-end avec ma classe de culture générale. Coup de coeur instantané, fascination pour les orchestrations, plaisir brut à l'écoute. À Noël, je me suis offert de moi à moi le CD, et en transfèrerai le contenu sur mon iPod.
Côté théâtre, Rhinocéros m'a beaucoup plu, surtout grâce à la mise en scène particulièrement éclatée de Jean-Guy Legault et Ubu Roi, déjanté au maximum. Mon grand regret: avoir attendu un peu trop longtemps (une amie qui ne s'est pas décidée à temps) et ne pas avoir vu Forêts de Wadji Mouawad. Je croise les doigts que la production soit remontée de nouveau très bientôt, ayant été particulièrement séduite par Incendies, à la fin 2006.
Côté lectures, pas de lecture clé, de celles qui changent une vie. (De 2006, j'avais par exemple retenu Le temps où nous chantions de Richard Powers.) Plusieurs lectures prenantes toutefois, de celles qui marquent profondément. Dans l'ordre ou le désordre, je retiendrai du côté québécois les écrits de Robert Lalonde (mon auteur québécois de l'année, celui de 2006 ayant été Jacques Poulin), Garage Molinari de Jean-François Beauchemin et les Carnets de Douglas de Christine Eddie. Il y aurait aussi Lignes de faille de Nancy Huston (mais est-elle Canadienne ou Française?) et Le cercle parfait de Pascale Quivigier (Québécoise mettant exilée en Italie). En littérature française et étrangère, je n'oublierai pas La voix d'alto de Richard Millet, Le peintre de batailles d'Arturo Pérez-Reverte, La lucidité de José Saramago mais aussi Le secret d'Anna Enquist (qui n'a rien à voir avec l'autre, vous savez le fameux bestseller) et l'étrange mais prenant Roman russe d'Emmanuel Carrère, malgré certains tics et un nombrilisme délirant.
Que nous réserve 2008? J'ai déjà rendez-vous avec deux géants du piano: Radu Lupu (30 janvier) et Alfred Brendel (son concert d'adieu, le 24 février). Ma pile à lire reste imposante (on m'a offert quelques livres à mon anniversaire et en ai acheté d'autres grâce à un cadeau maternel) et devrait me valoir quelques plaisirs non coupables.
Bonne année à tous et que votre vie soit remplie de manifestations artistiques!

3 commentaires:

Venise a dit…

Bonne année à toi, Lucie, et décidément nous partageons certains coups de coeur littéraires !

Michel a dit…

Bonne année Lucie et tout plein de coups de coeur! Bisous!

tidoigts a dit…

Bonne année à toi ma belle, merci pour tous ces liens, ouf, bel appêtit (et communicatif!)xxx