vendredi 11 juillet 2008

Jouez-vous Brahms?

Un petit appel à tous, ici... enfin, tous ceux qui ont déjà joué l'Intermezzo opus 118 no 2 de Brahms. Julie, une nouvelle lectrice, s'y frotte ces temps-ci et a émis ce commentaire sur le billet consacré à l'Intermezzo: « A ce sujet, auriez-vous (Lucie ou les autres bloggers) des conseils techniques à me donner pour interpréter cet intermezzo? Il y a beaucoup de déplacements à la main gauche qui me posent parfois problème dans la vitesse. Ce qui m'intéresse dans la musique c'est la technique comme révélateur de sensibilité... »

Je pourrais répondre d'un point de vue purement technique, d'isoler les déplacements de la main gauche en question et de les travailler un par un, en fait en traitant les « sauts » problématiques comme des exercices et en travaillant le saut dans les deux sens i.e. aussi bien la version écrite que son contraire. Cela permet généralement d'assurer le réflexe musculaire du bras. Je pense aussi ici qu'il est important de sentir (et je dirais même ressentir) ces déplacements dans le bras, le poignet, la main, d'analyser si l'on doit prendre le geste vers le haut, le bas, où est le poids de la main, etc., histoire d'obtenir un « instantané » du moment, du geste, de l'émotion même. Quand je le joue, je reste toujours consciente de l'équilibre (parfois précaire) entre les deux mains, tant au niveau des mouvements effectués que des paliers sonores (le plus grand défi selon moi). Et il est essentiel ici de se rappeler que Rome ne s'est pas bâtie en une journée...

Si vous avez des suggestions plus précises (même si divergentes), n'hésitez pas à les partager ici.

3 commentaires:

Michel a dit…

Au piano, la ligne droite n'est jamais le plus court chemin, ni celui qui génère le plus d'expression de la sensibilité...C'est le geste circulaire qui est générateur de souplesse et d'expression. Bien sentir le geste de rotation de l'épaule permet de "raccourcir" la distance des intervalles de la main gauche. Autre façon d'aborder la difficulté: toujours en geste circulaire, augmenter la distance d'une ou deux octaves, pour ensuite revenir à l'écriture originale qui semblera alors plus aisée.

À la main gauche, le geste circulaire se fait dans le sens des aiguilles d'une montre; à la main droite dans le sens opposé.

Julie a dit…

je fais un essai parce que mon compte de blogger fait des siennes

Julie a dit…

Donc ça marche... Merci pour tous vos précieux conseils. Je vais tenter de faire des gestes plus circulaires. La méthode qui consiste à augmenter la distance d'un ou deux octaves n'est pas bête non plus. Un professeur de piano m'en avait parlé mais ça devait être très enfoui dans ma tête... Heureusement que vous êtes là pour me le rappeler! Je vous tiendrai au courant de mes progrès.