lundi 7 février 2011

La magie de Mozart

Oui, je sais, je ne suis pas du tout objective quand j'évoque Mozart. Que voulez-vous, impossible d'oublier son premier grand amour, surtout quand cet amour continue d'être entretenu au quotidien. Je me suis donc glissée avec plaisir en salle hier lors du spectacle pour toute la famille La magie de Mozart, présenté par l'OSM.

En tant que collaboratrice au contenu musical et rédactrice du document pédagogique qui a été transmis aux écoles il y a quelques mois, je connaissais évidemment le concept de A à Z. N'empêche, je n'ai pu m'empêcher d'être entièrement happée par cette rencontre entre un Mozart curieux et sympathique (magnifiquement incarné par Eloi Cousineau, qui a notamment offert un époustouflant numéro d'homme-orchestre) et Juliette, cette fillette d'aujourd'hui, qui danse sur du Marie-Mai mais n'est pas opposée à la découverte de nouveau répertoire (Mélanie Delorme, absolument craquante).

Assise au milieu des familles, je guettais les mouvements d'impatience, les chuchotements, le moindre signe visible d'ennui. J'en ai perçu bien peu, et aucun pendant les pièces de Mozart... comme quoi, même la « vieille » musique peut encore séduire. Portée par la musique, l'émotion a même surgi à deux reprises chez moi, lors de l'air de la Reine de la nuit (que certains chanteurs en herbe tentaient de fredonner dans ma section, tout un exploit quand même) interprété par Suzanne Rigden et, lors de la toute dernière pièce, le premier mouvement de la Quarantième Symphonie, alors que Mozart disparait dans les coulisses, expliquant qu'il est « attendu ailleurs », aussi bien par la mort que par les générations futures.

Je ne suis pas seule à avoir beaucoup aimé. On peut lire ici une critique de La Presse. (La photo en est d'ailleurs extrait.)

4 commentaires:

Adrienne a dit…

aaaahhh je vois Mozart dans le titre et j'exhale un soupir d'aise avant même de te lire, je me détends complètement et un sourire bienheureux apparaît sur ma figure :-)
c'est ça, l'effet Mozart...
alors avec la musique en plus...
quel bonheur!
(pour moi bientôt La finta giardiniera à la Monnaie héhé)

Lucie a dit…

Ben oui...si c'était ça, au fond, l'effet Mozart?

Helene a dit…

J'avais lu l'article dans La Presse, mais je ne savais pas que tu y avais collaboré. Pourtant, j'aurais pu m'en douter puisqu'il s'agissait de Mozart. La mise en scène qui mélange les époques: bien pensé pour captiver l'attention des enfants.

Lucie a dit…

Mais oui... comment dire non à Mozart! ;-)