mardi 5 avril 2011

DRAG

« L'art lui a appris une chose: si le hasard fait le corps, le destin le sacre. » Claire est artiste-peintre dans la trentaine. Nicolaï a le double de son âge et a joué jadis pour les classes de ballet du Bolchoï. Il s'habille en robe noire et se maquille, elle souhaite gommer en partie ce que la féminité représente. « Elle n’a pas répudié son corps : elle n’a fait qu’en émousser les contours. Le vin de la solitude est si amer. »  Ils vivent en périphérie, des normes, de leurs racines, du temps, et pourtant, un jour, ils se trouvent, se complètent, créent une nouvelle entité. « À deux voix, on parle; seul, on hurle. »

Si DRAG semble se décliner dans la marginalité et une certaine excentricité, le roman possède le côté intemporel des grandes histoires d'amour, projections sublimées de tant d'autres. « Il est si belle et elle est beau. » Entre d'autres mains, le propos aurait pu sombrer dans une consternante banalité, mais la plume acérée et lumineuse de Marie-Christine Arbour sait transmettre la puissance de l'image avec une rare maîtrise. « Vivre avec Nicolaï, c’est jeter une goutte d’encre dans de l’eau de rose. »

En phrases courtes, d'une redoutable perfection, l'auteure sculpte, extrait, polit, sublime, offre. En cours de lecture, on s'arrête souvent, ému par la rencontre de ces deux êtres qui se cherchaient depuis si longtemps, troublé par la force de l'écriture et la pertinence de certaines réflexions sur la musique. « Il faut savoir nier la vie, ma Clara. Car la musique est l’impossible fixation du son sur le néant. Comme le ressac emporte le sable, les mélodies défont l’âme. » Ou encore: « La musique est expansion, non retrait. Il ne faut pas craindre l’abandon. »

Une lecture dont on ne sort pas indemne et qui pousse à découvrir impérativement les autres titres de Marie-Christine Arbour.

5 commentaires:

Larkéo a dit…

Ça me donne bieb envie de le lire...

Larkéo a dit…

bien, pas bieb !

Lucie a dit…

Il m'a beaucoup plu en tout cas. Si tu as des difficultés à le trouver, fais-moi signe...

no. a dit…

tiens, je me proposais justement de le lire!

Lucie a dit…

Je te le prête si tu veux. :)