lundi 20 juin 2011

Inconnu à cette adresse

Je suis tombée récemment sur une critique de cette novella signée Lali sur Babelio et me suis dit qu'il fallait que je la lise, parce que j'aime le genre de la nouvelle, qu'elle était écrite en format épistolaire (après un roman par courriels interposés, cela m'a semblé un prolongement naturel) et que l'Allemagne y jouait un rôle non négligeable. J'ai donc repéré le titre à ma bibliothèque de quartier et le tour était joué!

Cette novella publiée dans Story Magazine a causé dès sa publication en 1938 tout un émoi et avec raison. (Saluons ici le fait que le genre s'est toujours admirablement porté chez nos voisins du Sud.) Réimprimée un grand nombre de fois depuis, elle reste d'une efficacité remarquable (la chute est terrible, dans les deux sens du terme) et nous offre un regard différent sur une appropriation romanesque de la montée du nazisme dans les années 1930 en Allemagne (et ce, de la part d'une auteure d'origine allemande). À donner froid dans le dos, mais surtout à méditer. Certains ont dit de ces pages qu'elles représentaient la nouvelle « parfaite ». Elle n'en est certes pas très loin.

Ainsi mentent les hommes, un autre recueil de Kressmann Taylor (Kressmann est en fait son nom de jeune fille, ce qui permet en sus de « masculiniser » le nom) m'attend dans ma PAL. On verra comment elle saura manipuler d'autres thèmes.

12 commentaires:

Adrienne a dit…

oui, c'est un livre "fort", et qu'on fait douvent lire aux élèves

Lucie a dit…

Je vois très bien comment il peut les rejoindre d'ailleurs.

Kikine a dit…

Cette nouvelle m'a valu de rater 3 stations de métro à Paris. 2 dans un sens, 1 dans l'autre sens :)
J'ai été complètement absorbée et j'ai adoré.
Ma soeur devait l'étudier à l'école et je trouvais l'idée fort sympathique.

caro.carito a dit…

Je l'ai beaucoup aimé. Autrement est une collections de qualité, je connaissais surtout leurs éditions autour d'un thème.

Lucie a dit…

Kikine: jolie histoire! :)

Caro: La présentation de la collection est très soignée et j'ai aimé qu'on intègre à la fin un visuel (l'enveloppe elle-même).

Anonyme a dit…

tu (re)lis Rilke. je te passerai ma lecture, il ya en plus la tradduc allemande, un plus pour ceux qui aiment la langue de Goethe et en plus très accessible ohne Wortbuch

caro.carito a dit…

ze suis l'anonyme. :)

Lucie a dit…

En fait, je vais devoir attendre à mon retour je pense pour Rilke, car je n'ai pas assez de temps pour me concentrer là-dessus dans les prochains jours. Je glisse plutôt un recueil de nouvelles dans mon sac aujourd'hui.

Margotte a dit…

J'aime beaucoup ce livre ! Il est souvent étudié, en France, au collège.

Lucie a dit…

Je suis plongée dans ses autres nouvelles, qui proposent une autre atmosphère complètement, mais elle possède une très belle plume.

dasola a dit…

Bonjour Lucie, à Paris, ce texte est joué avec beaucoup de succès au théâtre. Un beau texte épistolaire sans une virgule à retirer. Bonne journée.

Lucie a dit…

Ce doit être très chouette au théâtre, en effet!