mercredi 30 décembre 2009

Fin d'année

Ouf, enfin de retour dans mes pénates... Après le blitz des rencontres familiales, quelques jours passés en compagnie de mon amie américaine et de sa petite famille, venus passer quelques jours au chaud (pluie et brume) puis au froid (polaire). L'expérience totale, quoi!

Les fins d'années semblent propices aux bilans... Aucune intention de partager un palmarès numéroté, indiquant un ordre de préférence de lectures. Plutôt, de laisser remonter à la surface, les lectures 2009 qui comptent, dont j'ai reparlé de vive voix à des amis, qui définiront d'une certaine façon ces derniers mois.

J'ai commencé l'année de façon très forte avec Seul le silence de R.J. Ellory, un polar particulièrement bien ficelé, superbement ouvragé et qui s'avère tellement plus qu'une intrigue classique. M'attend dans ma PAL, cadeau de la mère Noël, Vendetta, l'autre opus traduit de l'auteur. À suivre...

Dans le registre dépaysement, Yasmina Khadra et Ce que le jour doit à la nuit. Une fresque admirablement construite, une façon de manipuler le langage qui continue de me séduire, un moment de lecture mémorable.

Côté littérature française, je ne peux pas ignorer D'autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrère, un texte fort, porteur de questionnements et d'espoir, parfaitement achevé. J'ai partagé mon exemplaire à quelques reprises déjà et continuerai certainement de le faire circuler.

Côté québécois, grand coup de cœur pour L'énigme du retour de Dany Laferrière (pour une fois, on a l'impression que les prix sont mérités), Un cœur rouge dans la glace de Robert Lalonde (que j'ai offert depuis en cadeau), pour la poésie du texte et l'amour si particulier que porte l'auteur à la littérature, à ses classiques et à la traduction, mais aussi Le travail de l'huître de Jean Barbe, un conte magique pour grands enfants.

En terminant, un grand classique, découvert grâce à un cadeau d'un ami, À l'est d'Eden de Steinbeck, certainement le prototype du grand roman américain. J'ai encore un souvenir très vif de ces heures passées à lire cet imposant opus, dans les métros de Paris, dans l'avion, à Montréal... Un vrai classique.

5 commentaires:

Venise a dit…

Il y a un point commun à tes coups de coeur. Oui, oui, un point commun.

...

Ce sont tous des auteurs masculins. Hé Hé !

Sondons les vagues de ton subconscient ... ;-)

Lucie a dit…

Ha! ha!
J'aurais pu inclure une auteure mais on m'aurait accusé de favoritisme ;-)
Privilégierais-je les écritures masculines? Intéressant, quand même...

Karine:) a dit…

Seul le silence est aussi l'une de mes lectures marquantes cette année! Une bonne et heureuse année à toi... un peu en avance!

Lucie a dit…

Oui, j'ai vu dans ta liste!
Bonne et heureuse à toi aussi!

Guillaume Martineau et Claudio Pinto a dit…

Ton survol littéraire de l'année est savoureux! So many books, so little time...