mercredi 3 mars 2010

Quinze? Non, douze...

Casa nova a lancé la chose, Caroline l'a repris. Ce n'est pas un tag, simplement une liste de livres qui définit le lecteur. Pas nécessairement donc une liste de chefs-d'œuvre, histoire d'épater la galerie, simplement une liste de titres « essentiels » pour mieux saisir une personnalité. Confinée au lit par un méchant virus (Qui que tu sois, sors de mon corps!), je me suis mise à y réfléchir à la chose... Exercice à la fois intéressant et périlleux parce que, quinze titres (ou moins), c'est bien peu pour définir l'une ou l'autre de nos facettes. J'ai choisi de les regrouper sous divers thèmes.

Les éternels

Un top trois dans mon cas, indélogeable ou presque.

1- Le petit prince de Saint-Exupéry. Oui, je sais, ça peut sembler facile, mais ces mots ont rythmé une partie de mon enfance (grâce à l'interprétation au disque de Gérard Philipe). C'est sans doute le livre que j'ai relu le plus souvent. Je l'ai offert en cadeau, notamment à un amoureux américain jadis qui, sacrilège!, n'en avait jamais entendu parler. Je n'aurai jamais su ce qu'il en avait pensé...

2- Les Contes d'Andersen. Je ne m'en lasse pas. Il y a quelques années, j'ai eu à faire des recherches sur Andersen « l'homme » pour un document pédagogique. J'ai beaucoup aimé ce que j'ai appris (et, accessoirement, Le projet Andersen de Robert Lepage). De l'imaginer, petit, se créant son propre théâtre de marionnettes ou, adulte, en train de raconter des histoires à des centaines d'ouvriers, restent des images presque magiques pour moi. De savoir que Le vilain petit canard, au fond, c'est son histoire, le rend humain, profondément humain.

3- Les Lettres de Mozart. Certains lisent la Bible quand ils ont besoin d'inspiration, d'une réponse, je parcours plutôt les mots de Mozart. Tout y est: de l'amour filial aux allusions coquines quand il s'ennuie de sa Constance, de la profondeur de l'amitié à la presque mesquinerie quand il assiste à un concert qu'il considère inférieur, de l'exaltation à la solitude, de l'illumination du geste créateur à la douleur d'être différent, tout est là, plus de 1000 fois.

Les classiques

Ceux-là, on les lit une fois, peut-être deux. On ne se souvient plus très bien pourquoi ils nous ont assommé mais on se rappelle que le souvenir est indélébile. Ce sont ceux qu'on ne vendra jamais chez le bouquiniste, qu'on hésite à prêter mais pas à offrir. Dans l'ordre ou le désordre: Le rouge et le noir de Stendhal, Madame Bovary de Flaubert, Les fleurs du mal de Baudelaire et la poésie de Nelligan. Il me faut aussi ajouter Molière, que je relis, que j'ai besoin de redécouvrir chaque année, pour la fluidité des vers, la pertinence de la peinture humaine. Choisir une seule pièce? Difficile... peut-être bien Don Juan parce que, sous les dehors de séducteur, il y a cet homme, ce fils, qui se débat, désespérément (et qui a su inspirer des pages magnifiques chez Mozart).

Les autres

Voilà peut-être la liste qui pourrait fluctuer le plus au cours des ans. Alors, quatre choix du moment pour atteindre la douzaine, parce qu'il y a douze demi-tons dans une octave et que c'est assez pour inspirer les grands compositeurs.

  • Certainement Le temps où nous chantions de Richard Powers. Je sais que je relirai ce livre. Je me rappelle précisément des émotions ressenties à sa lecture. J'ai deux autres livres de l'auteur dans ma PAL et j'hésite toujours, par peur d'être déçue.
  • Et aussi Novecento pianiste parce qu'il est le livre qui m'aura initiée à l'univers d'Alessandro Baricco, dont j'ai tout lu.
  • Il faudrait aussi que j'intègre un titre de Paul Auster, un autre auteur dont j'ai tout lu et que je serais très intimidée d'interviewer si l'occasion se présentait. Dire que, lors du premier contact, il y a des années, cela n'avait pas fonctionné. Puis, grâce au Livre des illusions, tout a basculé. Mais il y a aussi L'invention de la solitude, La nuit de l'oracle, Léviathan...
  • Un livre de Nancy Huston aussi, peut-être bien Lignes de faille ou L'empreinte de l'ange. J'aime la musicalité qui se dégage de ces pages et le regard féminin mais jamais mièvre qu'elle pose sur les êtres.

Et vous, quels titres intégreriez-vous à votre liste?

10 commentaires:

Adrienne a dit…

C'est vraiment très difficile, comme exercice! mais chez moi aussi Le petit Prince vient en numéro un et justement ce matin (!!!) au volant je me suis dit que j'aimerais bien lire toute la correspondance de Mozart!
alors si vous le dites ;-) faut que je coure me l'acheter!

Kikine a dit…

J'aime vraiment ta liste. Je trouve l'exercice super difficile mais il me semble que tu t'en sors à merveille !
Certains des livres qui te caractérisent me sont totalement inconnus mais suscite une véritable curiosité : "Les lettres de Mozart", "Le temps où nous chantions" et je dois bien avouer que je j'ai jamais lu Nelligan ...

Lucie a dit…

Adrienne: j'ai lu les lettres dans diverses éditions, souvent en bibliothèque. Il y a quelques années, je me suis procurée les Lettres des jours ordinaires, chez Fayard http://livre.fnac.com/a1745480/Wolfgang-Amadeus-Mozart-Lettres-de-jours-ordinaires
Ce n'est pas complet mais il y a un beau choix et une mise en contexte soignée.

Kikine: Nelligan... soupir... un amour de jeunesse, dont je ne me suis jamais totalement remise. (J'avais son poster au mur quand j'étais ado.) Tu peux les lire en ligne au http://www.scribd.com/doc/7795294/Emile-Nelligan-Poesies-completes

Pour Le temps où nous chantions, j'en parlais ici http://lucierenaud.blogspot.com/2008/11/richard-powers-le-temps-o-nous.html Un grand coup de cœur des dernières années.

Venise a dit…

Ça exige réflexion. Tout de suite l'envie de te copier pour Le Petit Prince et Madame Bovary. Et j'ai beau essayer de décoller de Gabrielle Roy, 3 titres me viennent, insistent ... Je vais continuer ma réflexion, quand le fruit sera mûr, il va tomber.

Nous avons le droit de sortir du roman et si je comprends bien, et on ne relève qu'un titre d'un auteur ?

Lucie a dit…

Venise: tu fais comme tu veux, c'est « ton » autoportrait. Si tu veux inclure trois titres de Gabrielle Roy, pourquoi pas? Il en restera tout de même 12 autres (si tu veux) à placer. La beauté de ce non-tag est qu'il est d'une totale flexibilité.

Kikine a dit…

Merci Lucie !Je viens donc de découvrir Nelligan (enfin ... hier soir) et les quelques poèmes que j'ai lu m'ont plu. C'est doux, beau, fluide et chantant :)

J'aime ta chronique sur "Le temps où nous chantions". Je le note, je le note!

Caro[line] a dit…

"Ceux-là, on les lit une fois, peut-être deux. On ne se souvient plus très bien pourquoi ils nous ont assommé mais on se rappelle que le souvenir est indélébile. Ce sont ceux qu'on ne vendra jamais chez le bouquiniste, qu'on hésite à prêter mais pas à offrir." J'aime beaucoup ta définition des classiques, elle me correspond beaucoup ! En tout cas, voilà une très belle liste ! (Et j'aime beaucoup le nouveau look de ton blog.)

Lucie a dit…

Après tout, l'année sera classique ou ne sera pas pour toi, n'est-ce pas? :)

Caro[line] a dit…

En effet !!!! ;) 2009 l'était déjà, 2010 le sera encore. :)

Karine:) a dit…

Aah, plusieurs beaux livres là-dedans! Le temps où nous chantions, le petit prince, Novecento, pianiste, le livre des illusions... Super!