dimanche 7 décembre 2008

Laisser parler le texte

Suite à mon dernier billet sur Bob de René-Daniel Dubois et les interrogations soulevées par Venise suite à la lecture du commentaire de Laurence (on se croirait dans une séance du jeu de téléphone, pardonnez-moi), je me permets ici de partager un extrait de la pièce. Madame Fryers, qu'on connaît mieux dans la pièce sous le prénom d'Agnès, est cette grande actrice qui, à quelques jours à peine de sa mort, accueille chez elle Bob et souhaite lui transmettre certaines vérités essentielles. Lors de cette scène, ils travaillent sur le sens - et l'essence - de la tragédie Phèdre.

« MADAME FRYERS. Ce n'est pas du papier imprimé. C'est la mémoire et des damnés et des saints. Qui ont vu la lumière ou ont été brûlés par elle. Prenez-le. Prenez! Portez-le à votre oreille. Qu'est-ce que vous entendez?

BOB. Rien...

MADAME FRYERS. Vous êtes sourd. Vous êtes un imbécile sourd. Un imbécile présomptueux qui n'entend rien et s'imagine tout connaître. Écoutez, les murmures. Dantesques. Les murmures de ceux qui vous appellent à eux pour que vous deveniez leur porte-parole. Entendez leurs chuchotements informes. Leurs gémissements dans la nuit éternelle. Ils ont besoin de vous. Entendez-vous, à présent?
Pour que vous les défendiez dans le monde des vivants. Que vous leur prêtiez forme, sur cet îlot minuscule qu'est la vie au cœur du néant glacial. Et vous! Vous, infatué cabotin, ne trouvez rien de mieux à faire que de trouver qu'ils ont des problèmes d'ego à régler? D'ego? Ouvrez!
Acte troisième, scène première. Phèdre. Elle va mourir, sans les mains de l'amour dans les siennes. Vous l'avez entendue?
...
Que doit-elle faire? Lui arracher ses vêtements et le tripoter, tel une vulgaire rencontre de ruelles? Il est son dieu! Nous ne sommes pas ici dans vos téléromans à l'eau savonneuse, où les vies se succèdent, s'entrechoquent comme des billes et puis repartent dans toutes les directions, ne se souvenant qu'à peine, après s'être laissées, s'être jamais rencontrées n'eût-ce été que trente secondes. Ce livre, n'allez pas croire que c'est nous qui le faisons. C'est lui qui nous fait! Ce sont eux: nos âmes! Nos vies! »

4 commentaires:

Venise a dit…

Wow ! Quel texte, quelle saveur. C'est porteur et loin à part ça ! En entendre comme ça, 4 heures de temps, il y aurait eu à un moment donné un petit vacuum dans ma tête. Je me connais, je sature de densité tragique, à un moment donné.

Vacuum à combler en achetant le livre, ce que tu as fait, si je comprends bien.

Lucie a dit…

3 h 40 avec entracte, ce n'est pas si long que ça quand même...

Le texte est plus relevé quand c'est Agnès qui parle (autre époque, autre langage). Entre Bob et Andy, l'intensité n'est pas tant le vocabulaire que dans la transmission.

Oui, j'ai acheté le texte en sortant et, hier, un autre exemplaire pour envoyer à une amie française pour Noël! :-)

Laurence a dit…

Bonjour Lucie! Ah! Tu sais, habituellement, je suis "bon public" et je me laisse facilement emporter mais cette fois, la magie n'a pas opéré pour moi, j'ai trouvé que c'était trop "crié" qu'on perdait des petits bijoux du texte dans un flot de répétitions inutiles... enfin, tu as lu mon commentaire. Je concède que moi aussi, j'ai envie de me procurer le texte pour le savourer tranquilement, peut-être qu'une réconciliation aura lieu de cette façon? Je n'abandonne pas car je suis sensible au travail et aux efforts qu'il y a derrière les rideaux... 17 ans! Ouf!!! On ne peut pas balayer ça du revers de la main, non? ;-) En général, je me méfie des oeuvres trop encensées, de l'unanimité, et en ce sens, je pense que notre échange de points de vue est tout à fait intéressant!

Lucie a dit…

Laurence: je te recommande la lecture de la pièce, mais peut-être pas tout d'un coup... À savourer à petites gorgées, pour éviter l'overdose.